02/01/2008

L'amour maternel

mamabebeFait d'héroïsme et de clémence

Présent toujours au moindre appel

Qui de nous peut dire où commence

Où finit l'amour maternel ?

                       

Il n'attent pas qu'on le mérite

Il plane en deuil sur les ingrats

Lorsque le père déshérite,

la mère laisse ouvert ses bras

Son crédule dévoûement reste

Quand les plus vrais nous ont menti

Si téméraire et si modeste

Qu'il s'ignore et n'est pas senti.

Est-il de retraite plus douce

Qu'un sein de mère, et quel abri

Recueille avec moins de secousses

un coeur fragile endolori ?

Ö mère, unique Danaïde

Dont le zèle soit sans déclin

Et qui, sans maudire le vide

Y penche un grand coeur toujours plein

 

Le poème"amour maternel" de Maurice Chevier est un parfait exemple de cette représentation sublimée - et culpabilisante pour qui ne la connaît pas - de ce que doit ressentir et vivre une mère digne de ce nom.

 

14:30 Écrit par Nize dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour maternel |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.